partager
-A +A
Version imprimable

Chargée, de par la loi, de missions d'intérêt général, la Fédération du Puy de Dôme pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique a le caractère d'un établissement d'utilité publique. Elle regroupe obligatoirement toutes les associations agréées de pêche et de protection du milieu aquatique (AAPPMA) du département et, l'association départementale agréée de pêcheurs amateurs aux engins et aux filets sur les eaux du domaine public (ADAPAEF).

La fédération est ouverte à tous, au travers des associations adhérentes dans le respect de la loi, des convictions individuelles et dans l’indépendance à l’égard des partis politiques et des Groupements confessionnels. Elle s’interdit toute discrimination notamment en raison de l’âge, du sexe, des convictions religieuses, dans son organisation et son fonctionnement.

Gérée par un conseil d'administration comprenant quinze membres représentant les AAPPMA et un membre représentant l’ADAPAEF, elle dispose pour exercer ces missions de deux sites principaux et de 10 salariés permanents, qui se répartissent les activités administratives, techniques, et de pisciculture. Ces moyens permettent ainsi de couvrir les besoins et de défendre les intérêts des 25 000 membres adhérents des Associations du département.

La fédération a notamment pour objet :

  • le développement durable de la pêche amateur, et la mise en œuvre d'actions de Promotion du loisir-pêche par toutes mesures adaptées.
  • la protection des milieux aquatiques, la mise en valeur et la surveillance du domaine piscicole départemental.

 

Elle assure la collecte auprès des AAPPMA de la redevance pour protection du milieu aquatique et de la cotisation pêche et milieux aquatiques. Elle définit et coordonne les actions des associations adhérentes concourant à cet objet.

La fédération peut être chargée de toute mission d’intérêt général en rapport avec son objet social.

Pour la poursuite de ses objectifs, la fédération est spécifiquement chargée :

  1. de participer à l’organisation et à la connaissance de la pratique de la pêche ;
     
  2. de concourir au développement du tourisme et de l’activité économique du département ;
     
  3. de mener des actions d’information, de formation et d’éducation en matière de protection des milieux aquatiques et du patrimoine piscicole et d’éducation à l’environnement, au développement durable et à la biodiversité ;
     
  4. de susciter et coordonner les activités des associations adhérentes, de les soutenir en leur apportant une assistance financière, technique et juridique, de veiller à la bonne exécution de leurs obligations statutaires et d’assurer sur le plan départemental toutes les liaisons nécessaires avec l’administration et de centraliser les informations ;
     
  5. de participer à la définition des orientations départementales de gestion des ressources piscicoles
     
  6. d’établir un plan départemental de protection et de gestion piscicole et de veiller à la compatibilité des plans de gestion des associations adhérentes avec ce plan ;
     
  7. de donner un avis aux autorités compétentes sur tout aménagement ou mesure susceptible de porter atteinte à la qualité des milieux aquatiques, à leurs peuplements piscicoles et à la pratique de la pêche, ainsi que sur la création de piscicultures et de proposer des mesures compensatoires si nécessaire ;
     
  8. de concourir à la police de la pêche et de veiller à la protection du patrimoine piscicole et des milieux aquatiques, en particulier en participant à la répression du braconnage, à la lutte contre la pollution des eaux et la destruction des zones essentielles à la vie du poisson, et en œuvrant en faveur du maintien dans les cours d'eau de débits garantissant la vie aquatique et la libre circulation des espèces piscicoles;
     
  9. d’effectuer, sous réserve des autorisations nécessaires, tous travaux et interventions de mise en valeur piscicole, tels des inventaires piscicoles, la constitution de réserves, l’aménagement de frayères, des opérations de repeuplement, l’établissement de passes à poissons et, plus généralement, toute réalisation nécessaire à l’accomplissement du but qu’elle s’est fixé ;
     
  10. de détenir à titre onéreux ou gratuit, éventuellement dans le cadre des articles L. 432-1 et L. 435-5 du code de l’environnement, des droits de pêche qu’elle exploite dans l’intérêt des membres des associations adhérentes. Elle est alors assujettie aux mêmes obligations de protection et de gestion que ces associations pour les droits ainsi exploités.


Les AAPPMA dans le Puy-De-Dôme

No Flash

Questions / Réponses