partager
-A +A
Version imprimable

Des rivières, des lacs …

A l’image des contrastes de son paysage, le domaine halieutique du Puy-de-Dôme est particulièrement diversifié.
Sur les 74 espèces de poissons d’eau douce, de fleuves côtiers et d’estuaires que comptent la France, 44 peuvent être pêchées dans le Puy-de-Dôme. Cette extraordinaire richesse est rendue possible grâce à une diversité de sites naturels exceptionnelle : lacs de cratères volcaniques et glaciaires, plans d’eau, rivières et ruisseaux.
Le mythique lac Pavin, le lac Chambon, la Sioule, les couzes, les étangs des Combrailles, le barrage des Fades regorgent de poissons.
La truite demeure le poisson roi. Elle est présente dans la majorité des ruisseaux et rivières du département mais aussi dans les lacs de montagne où elle peut côtoyer l'omble chevalier. Des crêtes du Sancy, des plateaux du Cézallier et de l’Artense aux reliefs boisés du Livradois Forez, sans oublier la vallée de la Sioule, partout vous pourrez la rencontrer, de la plus petite rase aux rivières de plus grands gabarits.
Plus en aval, dans les grandes rivières, l’ombre commun vous attend, seul ou cohabitant avec truites, barbeaux … Il peut se pêcher dans l’Ance, l’Allier, l’Alagnon et le bas des couzes.
Enfin, plus loin dans la plaine, de belles pêches de fritures, carpes, perches, brochets, sandres… sont toujours possibles dans la rivière Allier, dans le bas de la Dore ainsi que dans nos barrages et plans d’eau.
Cette diversité pourra vous permettre d’adopter toutes les techniques de pêches.
 
Venez tout simplement vivre votre passion au fil de l’eau !
 

Une vision plus scientifique : celle du PDPG

(Plan Départemental pour la Protection du milieu aquatique et la Gestion des ressources piscicoles dont la démarche est expliquée plus loin dans ce site)
 
 
La majorité des contextes peut être considéré comme d’excellent à bon (33/53), ce qui confirme l’impression de bonne qualité générale du département.
Cela dit, si la Dordogne et l’Ance du Nord semble les secteurs les plus préservés, les bassins versants de la Sioule, de la Dore et du Cher sont quelques peu perturbés.
Le bassin versant de l’Allier, quand à lui est particulièrement intéressant car il conjugue :

- des contextes de grande qualité dans le Sancy avec malgré tout quelques perturbations non négligeables,
- des cours d’eau urbains à qualité d’eau déplorable avec une tendance à l'amélioration,
-
et des «émissaires de Limagne» auxquels, il n’est plus possible de donner le nom de cours d’eau.

 
 

 

 

Les AAPPMA dans le Puy-De-Dôme

No Flash

Questions / Réponses